Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Journaliste et agent secret, un dangereux mélange des genres. Patrick Denaud, caméraman aguerri, plonge dans l'univers des services secrets au début des années 90. Il y collabore jusqu'en 2002 sous couverture de journaliste. Une histoire hors norme.

Patrick Denaud avec le preneur de son Antoine de Maximy en 1983. Ce dernier est aussi connu pour ses reportages dans l'émission "J'irai dormir chez vous", affûblé de sa fameuse chemise rouge.

Patrick Denaud, reporter caméraman et correspondant de guerre pour TF1 et CBS, a passé sa vie de journaliste en quête d'images fortes sur divers terrains de conflits. Avec son partenaire preneur de son, Antoine de Maximy, et armé de sa caméra, il traque les horreurs de la guerre au Liban, en Irak, en Iran et en Afghanistan. Jusqu'à l'écœurement.

Le 17 septembre 1986, Patrick Denaud est de permanence à l'agence parisienne de CBS. Il est appelé pour un "incident signalé comme grave" rue de Rennes dans le sixième arrondissement. Une bombe vient d'exploser à proximité du magasin Tati. L'attentat revendiqué plus tard par le Hezbollah fait 7 morts et 55 blessés. Patrick est un des premiers journalistes sur place. Il filme le chaos en plein Paris.

"Ce carnage avait eu lieu dans un pays en paix, mon pays. Une immense colère m'a saisi."

Il ne supporte plus de n'être que relais de l'information et décide de s'engager. Il envoie sa candidature à la DGSE qui, intéressée par son profil et son expérience des terrains de guerre, lui propose de devenir agent secret. Pendant presque dix ans, il infiltre les milieux islamistes radicaux sous sa couverture de journaliste. Cette vie dissimulée, il la raconte dans Le silence vous gardera, un livre paru en 2013. Rencontre.

La Fabrique de l'info : Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre?

Patrick Denaud : Cette période a été un moment très fort de ma vie mais également empreint de grandes désillusions aussi bien à titre personnel qu'au niveau de mon engagement dans les services secrets. J'ai vécu dans le mensonge, un mensonge obligatoire. Dix ans après mon éviction de la DGSE, j'ai senti un puissant besoin de m'en libérer.

Votre ouvrage révèle certains aspects d'un système intrinsèquement secret, n'avez-vous pas eu peur de pressions émanant de la DGSE?

Non, je n'ai pas eu peur. Je savais parfaitement que les services secrets n'allaient pas du tout apprécier mon livre et j'ai rapidement su que je ne me trompais pas. J'ai reçu quelques attaques du service via Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les questions militaires et le renseignement, par ailleurs plume médiatique de la DGSE. Notamment dans un article de Marianne dans lequel il chronique mon livre avec des termes...peu élogieux ("On hésite entre le rire et la compassion. Que de naïveté sous cette plume!") et en m'accusant de mettre en danger les journalistes opérant sur terrains de conflit ("désormais, tout reporter entrant en contact avec des milieux "difficiles", comme les islamistes ou les guérillas, pourra être suspecté de travailler pour quelqu'un d'autres que l'employeur qui figure sur sa carte de presse"), accusation fausse selon moi.

Un journaliste, de par ses compétences professionnelles, est-il un bon agent secret?

Tout dépend du domaine dans lequel travaille le journaliste mais un correspondant de guerre a, selon moi, tous les atouts pour être un bon agent secret. On apprend avant tout à adopter des mesures de sécurité qui s'avèrent indispensables dans les deux domaines. Mon expérience des terres de conflits m'a appris énormément, je pense même avoir plus à apprendre à certains agents de la DGSE qu'eux ont à m'apprendre. Quant à la collecte des informations, les méthodes sont similaires: empathie, séduction, confiance…

N'avez-vous pas le sentiment d'avoir, en quelque sorte, trahi votre corporation?

Un peu, effectivement. J'ai été élevé dans le milieu de la presse, je m'y suis construit. J'ai eu parfois le sentiment de trahir ma tribu lorsque je croisais mes collègues. J'ai fait semblant toutes ces années, dès mon engagement avec la DGSE, je ne me considérais plus comme journaliste. Certains m'en veulent aujourd'hui. Vivre dans le mensonge a eu des répercussions dans pas mal de domaines de ma vie et jusque dans ma vie personnelle: ça m'a coûté mon mariage.

La relation avec votre officier traitant, Jacques, est au cœur de votre livre. Comment l'analysez-vous?

Cet homme était un personnage à la John le Carré, le maître du roman d'espionnage, physiquement transparent mais excessivement charismatique. Je me souviens de la première fois où nous nous sommes rencontrés dans ce bistrot. J'ai été très surpris. J'avais comme tout le monde des images fantasmées d'espions à la James Bond. Puis quand il s'est mis à parler, j'ai été captivé par son aura. Je partageais de nombreuses valeurs avec Jacques, pendant toutes ces années, les rencontres avec lui étaient mon sas de retour à la réalité. La seule personne avec qui je n'étais pas dans la clandestinité.

Est-ce, selon vous, une pratique courante de faire appel à des journalistes pour des missions de renseignement?

Quelques journalistes collaborent ponctuellement avec les services de renseignement, particulièrement ceux travaillant en free-lance mais des journalistes ayant été comme moi, sur une durée si longue, agent secret, je ne crois pas qu'il y en ait d'autre.

Avez-vous des regrets?

L'expérience a été très enrichissante, réellement passionnante. Une aventure hors norme que je m'estime privilégié d'avoir pu vivre. Mes seuls regrets concernent les conséquences sur ma vie hors des services et sur la manière dont l'aventure s'est terminée. En 2002, j'ai été envoyé à Peshawar au Pakistan pour enquêter sur les djihadistes et les risques pour les expatriés français. À mon retour, j'ai informé la DGSE de la dangerosité du site et leur ai demandé d'y retourner pour approfondir l'enquête. Ma demande a été refusée. Le 8 mai 2002, onze ressortissants français ont trouvé la mort dans l'attentat de Karachi. J'étais révulsé. Je me suis senti inutile. J'ai montré ma colère au service et leur ai fait part de mes nombreuses interrogations quant à l'utilité de mes missions. J'ai été remercié suite à ça et sans aucune explication. J'en ai gardé longtemps une grande amertume.

 

Propos recueillis par Colin Pradier. En collaboration avec Thibault Seurin

decryptage

industrie

Enquête à livre ouvert

Enquête à livre ouvert

Frustrés par la cadence et le manque d'espace dans leurs journaux, un nombre croissant de journalistes ont choisi le livre pour publier leurs investigations. Certaines tomberont dans l'oubli, d'autres feront les gros titres. Trois enquêteurs-écrivains et une éditrice nous révèlent leurs secrets de fabrication.

Lire la suite...

Journalisme d'investigation: et après?

Journalisme d'investigation: et après?

Mediator, sang contaminé, écoutes de la NSA : quand ces affaires sont publiées, le scandale éclate... et après? Quelques semaines, quelques mois, quelques années plus tard, que reste-t-il de ces enquêtes? Le Mediator : un exemple de l'effet de la pression journalistique

Lire la suite...

L'avocat au secours du journaliste

Etre journaliste d'investigation, c'est souvent jouer avec le risque du procès. Et pour éviter la condamnation, avant de publier une enquête, l'aide d'un avocat peut s'avérer utile.

Lire la suite...

L'enquête, un défi pour la presse locale

L'enquête, un défi pour la presse locale

Quels sont les moyens alloués aux journalistes de la presse locale pour enquêter ? La Fabrique de l'info est partie à la rencontre des rédacteurs qui tentent d'apporter une plus-value à leur Quotidien.

Lire la suite...

L'investigation à la marseillaise

L'investigation à la marseillaise

A Marseille, les journalistes qui souhaitent faire de l'investigation rencontrent de nombreux obstacles. Qu’ils soient indépendants ou qu’ils rédigent pour un quotidien régional, ils font face aux mêmes difficultés et tentent de franchir les barrières dressées sur leur route dans un même but : dévoiler le côté obscur de la ville.  

Lire la suite...

Petit écran : coup de projecteur sur l'investigation

Le 15 septembre 2014, l’émission d’investigation En quête d’actualité, diffusée sur D8, a été épinglée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour son reportage intitulé " J’ai infiltré une section du Front National", tourné en caméra cachée pendant la campagne municipale d’Hugues Sion à Lens (Pas-de-Calais). La polémique a relancé le débat autour de la légitimité des procédés d’investigation à la télévision, et interroge également la crédibilité des journalistes ainsi que la mise en scène de ces enquêtes.

Lire la suite...

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Derrière les images de cartes postales, la Polynésie française cache les difficultés des journalistes à exercer leur profession. Sur ces îles du Pacifique faisant partie intégrante de la République française, la presse n'est pas aussi libre qu'on pourrait le penser. Promiscuité, pressions ou connivence, enquête sur les conditions d'exercice du journalisme d'investigation à 18 000 km de la métropole.

Lire la suite...

Quand les journalistes enquêtent sur le journalisme

"J’ai un excellent souvenir de cette enquête: L’Équipe, j’y allais tous les jours, j’étais comme à la maison". Le journaliste David Garcia a pris deux ans pour enquêter sur L’Équipe, quotidien sportif de référence. Une investigation impossible? "Ça n’a pas été l’enquête la plus difficile de ma carrière, mais la plus prenante". Un milieu fermé? "Tous les journalistes ont été bavards". Des méthodes différentes? "Ce sont exactement les mêmes méthodes, les mêmes techniques. Sauf que les journalistes m’ont ouvert leur rédaction".

Lire la suite...

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Corruption, dopage, paris truqués… Le milieu du sport ne manque pas de zones d’ombres. Autant de sujets potentiels sur lesquels travailler pour des journalistes d’investigation. Pourtant, la place réservée à ces enquêtes est réduite à portion congrue. La presse spécialisée, proche des acteurs, ne semble pas vouloir s’en emparer. Pour les médias généralistes, enquêter sur les affaires du sport n’est pas non plus une évidence…

Lire la suite...

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Trois milliards d'internautes dans le monde. Autant de collaborateurs potentiels pour les journalistes d'investigation. Par Twitter, Facebook, Skype ou Wikileaks, le Net est devenu incontournable pour mener une enquête. Mais avec des sources anonymes et virtuelles, le journaliste doit repenser ses méthodes. Concert de Muse à Paris - Photo: James Cridland - Licence Creative Commons

Lire la suite...

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

Ils ont six cartes SIM, annulent leurs vacances la veille du départ pour obtenir une information, retrouvent leurs poubelles fouillées, leurs pneus crevés. En s’attaquant entre autres aux narcotrafiquants et aux secrets d’Etat, les journalistes d’investigation deviennent des cibles. Leur entourage aussi.  

Lire la suite...

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Bisphénol A : rarement un polluant n’a été si présent dans notre environnement. Les industriels en raffolent… mais sa toxicité semble avérée et ses fabricants n’ont pas l’intention de le laisser interdire. Des journalistes et des écrivains ont enquêté sur ce produit qui disent-ils "nous intoxique". Décryptage.

Lire la suite...

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Le journalisme d'investigation sur les multinationales est confronté à de nombreux défis à l'heure d'une économie mondialisée dans lequel les flux financiers circulent aux quatre coins de la planète. Le conflit qui oppose les habitants de Santa-Cruz de Barillas dans le nord du Guatemala à une entreprise espagnole d'hydro-électricité est emblématique de ces nouvelles évolutions.

Lire la suite...

Nestlé : le géant qui murmure

Nestlé : le géant qui murmure

"Un Empire en Afrique", "Un Empire dans mon assiette", "Nestlé, le business de l’eau en bouteille" ou "Les Alimenteurs" sont autant de documentaires télévisés qui fouillent les intentions du premier groupe agroalimentaire au monde Nestlé. Comment ces journalistes enquêtent-ils sur les multinationales de l’agroalimentaire? Nestlé répond-il aux demandes des journalistes?

Lire la suite...

Comment enquêter sur l'État islamique?

Comment enquêter sur l'État islamique?

Pénétrer au cœur de l’État islamique représente pour tout journaliste un défi qui frôle l’impossible. Mais Medyan Dairieh, journaliste palestinien, y est parvenu. Pendant dix jours, il a filmé pour Vice News les combattants du groupe djhadiste à Rakka, en pleine Syrie, le pays le plus meurtrier pour les reporters. Forts de leur expérience sur le terrain, David Thomson et Hala Kodmani pointent les qualités et les insuffisances de ce reportage unique.

Lire la suite...

Écoute-moi si tu peux

Écoute-moi si tu peux

“L'espionnage gratuit, à portée de tous” selon Yann Saint-Sernin, voilà ce qui nous tend les bras. Le journaliste de Sud-Ouest a réussi très facilement à mettre sur écoute Yves Harté, le directeur de l'information du journal, avec son consentement. Les écoutes ne sont donc plus l’apanage de la NSA, de la CIA ou du MI-6, mais disponibles pour tous, journalistes y compris. Tous écoutés et tous écoutants, alors ? Et les journalistes souffrent-ils, voire même, utilisent-ils ces nouvelles méthodes

Lire la suite...

El Mundo: chien de garde muselé?

El Mundo: chien de garde muselé?

  El Mundo, deuxième quotidien généraliste le plus lu, se présente comme le fier tenant du journalisme d’investigation en Espagne. Le titre a révélé des affaires qui ont étrillé les sphères du pouvoir et des finances. Aujourd’hui, le journal est dans l’œil du cyclone de la crise financière, et sa crédibilité est de plus en plus remise en cause.

Lire la suite...

Enquêtes sans frontières: la France à l’écart

Avril 2013, une étrange organisation fait la une des médias. Au détour des révélations du Monde sur la participation de Jean-Jacques Augier, l’ancien trésorier de campagne de François Hollande, dans des sociétés offshores, les journalistes français semblent découvrir l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).

Lire la suite...

Filières jihadistes: comment enquêter?

Filières jihadistes: comment enquêter?

Mercredi 16 octobre 2014, un Marocain résidant en France est arrêté à l’aéroport de Casablanca alors qu’il tentait de rejoindre Daesh par la Turquie avec ses deux petites filles.

Lire la suite...

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Le journalisme d'investigation s'évertue a révéler l'information cachée, secrète. Sur son chemin, il croise parfois la route des services secrets. Quels rapports entretiennent deux professions qui – finalement – travaillent la même matière : l'information ? Rencontre avec les journalistes qui évoluent en terrain miné.

Lire la suite...

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

Devanture d'un vendeur de journaux. Devant la "titrologie", les Ivoiriens aiment se réunir pour commenter l'actualité.   "C'est extrêmement dangereux, nous sommes pratiquement au quotidien menacés de mort, menacés d'enlèvement. On reçoit des mails, souvent très précis, sur notre vie, sur nos enfants. Donc, le contexte n'est pas très favorable à ce genre de journalisme."

Lire la suite...

Les 11 commandements de l'État islamique aux journalistes

Le 7 octobre, Syria Deeply, un pureplayer spécialisé dans le conflit syrien, publiait une liste de onze règles édictées par l’État islamique à l’attention des journalistes de la région de Deir-al-Zour. Ignacio Cembrero, du quotidien espagnol El Mundo, spécialiste du djihadisme, décrypte pour La fabrique de l’info ces “Onze commandements” :

Lire la suite...

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Journaliste et agent secret, un dangereux mélange des genres. Patrick Denaud, caméraman aguerri, plonge dans l'univers des services secrets au début des années 90. Il y collabore jusqu'en 2002 sous couverture de journaliste. Une histoire hors norme.

Lire la suite...

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Karim Wade, le fils de l'ancien président du Sénégal est soupçonné d'enrichissement illicite. Il comparait à l'automne 2014 devant la justice. Entre le début de l'affaire et la tenue du procès, la presse d'investigation sénégalaise fut au centre d'une série de révélations sur le sujet.Travail d'enquête, sources, pressions et autocensure. État des lieux du journalisme d'investigation au Sénégal par le prisme de l'affaire Wade.

Lire la suite...