Écoute-moi si tu peux

“L'espionnage gratuit, à portée de tous” selon Yann Saint-Sernin, voilà ce qui nous tend les bras. Le journaliste de Sud-Ouest a réussi très facilement à mettre sur écoute Yves Harté, le directeur de l'information du journal, avec son consentement. Les écoutes ne sont donc plus l’apanage de la NSA, de la CIA ou du MI-6, mais disponibles pour tous, journalistes y compris. Tous écoutés et tous écoutants, alors ? Et les journalistes souffrent-ils, voire même, utilisent-ils ces nouvelles méthodes

3944801 d752abd0

Dans le journal Sud-Ouest du 15 mars 2014, le journaliste Yann Saint-Sernin faisait la brillante démonstration qu’il était devenu très simple d’espionner son mari ou son voisin. Après avoir acheté “un pack complet d’espionnage de téléphone, mode d’emploi compris” pour 150 euros, il mis sur écoute ni plus ni moins que son directeur de l’information, Yves Harté.

“Par simple envoi d'un SMS, préalablement paramétré dans le logiciel, nous avons pu déclencher à distance le micro du dictaphone du téléphone. L'environnement sonore du mobile apparaît ainsi quelques instants plus tard sous forme de fichiers son. Autant dire que la conférence de rédaction du matin, à laquelle participent en général seulement les chefs de service, ou ses conversations à l'intérieur de son bureau n'avaient aucun secret pour nous.”

Un espionnage complet (photo, vidéo, audio, manuscrite), effrayant à plus d’un titre, déployé ici dans un cadre professionnel mais utilisable par tous et partout.

“Car l'explosion de la technologie crée sans cesse des possibilités nouvelles d'intrusion dans la vie d'autrui, poursuit l’article. Ainsi, le système Android, lié à Google Chrome, permet des prouesses: sous nos yeux, et à titre purement expérimental, un journaliste de Sud Ouest, féru de téléphonie, a pu sans difficulté via son smartphone déclencher à distance la webcam de son domicile conjugal!”

L’éclosion progressive des téléphones intelligents, depuis la fin des années 2000, tend à faciliter le travail des nouveaux espions. Et ceux-ci ne sont pas forcément ceux que l’on croit…

“Les articles présentant des alternatives et des techniques pour se rendre anonyme sur Internet ont fleuri après les révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance de la NSA, rappelle Philippe Vion-Dury, journaliste à Rue 89. Une fois son ordinateur protégé, on serait tenté de se sentir enfin en sécurité, alors que nous transportons (presque) tous un mouchard encore plus performant que notre ordinateur: le smartphone.”

L’espionnage devient à la portée de tous, et pléthore de logiciels et d’applications permettent d’espionner son voisin sans risquer de se faire prendre. L’article de Sud-Ouest nous le prouve. Toutefois, si on n’a pas accès à l’appareil ciblé, il faut des compétences supérieures, rappelle Yves Eudes, grand reporter au Monde. Dans le cas d’un mari jaloux, c’est tout à fait possible, mais au-delà, on change d’échelle.”

Des écoutes à grande échelle

La question de l’espionnage des citoyens par les journalistes inquiète tout autant. Une pratique répandue en France? Pas à ma connaissance, selon Yves Eudes. Mais en Angleterre, oui, et News of the World était loin d’être un cas isolé. Le Sun et d’autres tabloïds le font depuis des années.”

En France, on ne badine pas avec ces pratiques. La presse s’offusque (à raison) dès qu’elle apprend qu’un journaliste a été mis sur écoute. Ce fut le cas à plusieurs reprises du journaliste du Monde, Gérard Davet. Mais alors, comment se justifier lorsque les informations d’un article proviennent d’écoutes téléphoniques ? Dernier épisode en date: Thierry Herzog/Nicolas Sarkozy, dans Le Monde.

“On n’a pas mis Herzog sur écoute, ce n’est pas la même chose, se défend Yves Eudes. Et quand on apprend une information d’une source, on a le devoir de le dire. Quand Gérard Davet a été écouté, c’est parce qu’ils voulaient identifier la source qui l’avait mis au courant d’une affaire. Il était donc un intermédiaire qui permettait de remonter jusqu’à elle. Parallèlement, ils étaient toutefois bien contents de savoir ce qu’il faisait et s’il avait l’intention de publier bientôt une enquête.”

“En terme de jurisprudence, une preuve reste une preuve, renchérit Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart. C'est pour cette raison qu'une fois que nous avons eu devant nous les enregistrements effectués par le majordome sur sa patronne Liliane Bettencourt, nous n'avons pu faire autrement que de les publier.”

Daniel Soulez Larivière, avocat au barreau de Paris, veut en finir avec ces pratiques.

Il est nécessaire de réformer les écoutes. En commençant par en confier la régulation à une autre autorité que le juge d'instruction. Lorsque celui-ci en ordonne, il est à la fois chasseur et juge, deux activités incompatibles. Un tel maniement de ces armes judiciaires peut être source d'un grave désordre dans la société.”

Earphones

Tous écoutés?

Les écoutes sont strictement encadrées par la loi en France. Notamment, toute écoute d’un avocat doit être signalée à son bâtonnier. C’est ce qui est au centre d’une des affaires reliées à l’ancien président Nicolas Sarkozy, comme l’évoque Emmanuel Fansten pour Libération.

D’après Yves Eudes, qui suit de très près l’actualité internationale sur ces sujets, si les membres actifs de la NSA (National Security Agency - sécurité intérieure américaine) ou de la CIA (Central Intelligence Agency - espionnage américain) se montrent peu disserts sur leurs activités, “les anciens, eux, parlent parfois”. Et ils confirment nos pires peurs. Grâce à ses moyens gigantesques et au fait qu’Internet a été pensé, construit et financé par les USA, “ils sont au cœur du réseau” et peuvent capter à loisir toutes les communications y transitant. De plus, les grandes entreprises du net de communication (Facebook, Google mais aussi pour les professionnels Cisco) sont américaines et donc soumises à ses lois et même aux abus de ces institutions. Rappelons que la NSA a un budget de fonctionement estimé à 10 milliards de dollars en 2013. Avec cela, “les Américains tiennent la main du système” selon Yves Eudes et sont en mesure d’écouter toutes les conversations qu’ils souhaitent. La loi américaine faisant d’ailleurs une distinction claire entre citoyen américain et non-américain, ces derniers n’étant absolument pas protégé légalement. Il est bien sûr impossible pour la cible de se rendre compte qu’elle est écoutée et cela remet en cause le secret de la correspondance privée.

Car même si un axe de défense de la NSA a été d’invoquer qu’ils n’avaient accès qu’aux métadonnées (c’est-à-dire les informations sur le message comme son destinaire, son émetteur, son heure d’envoi et d’arrivée et pas le contenu du message), c’est un axe de défense bien faible. Avoir un accès complet aux métadonnées rend très facilement envisageable un accès au contenu du message également. De plus, toujours selon Yves Eudes, si “la NSA peut écouter des gens importants, il n’est pas possible d’écouter un pays entier”. Sommes-nous alors à l’abri? Non, car toujours selon lui, “les métadonnées, ça leur suffit. A partir d’elles, on peut raconter toute une vie : si tu envoies 25 textos à une fille au cours d’une même journée, et qu’elle t’envoie elle aussi 25 textos, la NSA peut supposer des choses. De même que si elle s’aperçoit que vos téléphones sont côte-à-côte durant toute une nuit... De même que si tu reçois 8 appels de ta banque au cours de la semaine, elle peut supposer que tu es à découvert." Il faut bien penser que plus on en sait sur nous, plus nos faiblesses sont évidentes. Et ça, c’est très problématique pour tous, mais surtout pour des gens qui doivent échapper aux pressions: élus, magistrats, et… journalistes, d’autant plus que la France mais aussi d’autres pays en Europe et ailleurs se dotent également d’un arsenal législatif comparable, avec la montée en puissance de nombreux groupes terroristes de par le monde, privilégiant la sécurité à la vie privée de ses membres.

Ecoutes et secret des sources

Ces écoutes sont-elles une menace pour les journalistes? Ce qui vient directement à l’esprit lorsque l’on pense à l’écoute de journalistes est bien sûr l’affaire des fadettes (pour factures détaillées). Rappelons les faits: à l’été 2010, l’affaire Liliane Bettencourt bat son plein et le Monde diffuse le contenu des propos de Patrice de Maistre, le gestionnaire de forturne de la riche héritière, à la police. Une enquête est alors confiée à la DCRI (Direction générale de la sécurité intérieure) pour remonter jusqu’à la source de cet article rédigé par Gérard Davet. Cette démarche va totalement à l’encontre de la loi du 4 janvier 2010 relative à la protection du secret des sources des journalistes. Si celle-ci reconnaît comme exception la sécurité nationale, il n’en est pas question ici. On voit bien ici le danger de la législation antiterroriste : elle peut être détournée pour remettre en cause la clause la plus sacrée du métier de journaliste : le secret des sources.

À l’étranger aussi, des doutes naissent quant au respect des journalistes dans un contexte internationale se durcissant. On peut citer la détention, à l’aéroport d’Heathrow, du journaliste David Miranda, collaborateur de Glenn Greenwald. Selon le Guardian, toujours en utilisant la législation antiterroriste, les États peuvent faire pression et écouter les journalistes.Or, de part leur métier même, les journalistes peuvent avoir accès à des informations compromettantes pour les États, voir même les organisations en elles-mêmes, telle la NSA. Le cas Snowden est exemplaire : en révélant les secrets de cette organisation, secrets comportant de nombreuses violations des lois, les journalistes sont alors inclus dans le cadre des lois antiterroristes puisque dévoilant les abus d’une organisation luttant contre les terroristes. Si, au niveau de l’individu, il faut prendre le plus de précautions possible (téléphone jetable, boite de courriel utilisée comme “boiîe morte” que deux individus viennent relever sans jamais envoyer le moindre courriel et ne se laissant que des brouillons), la protection des journalistes passent également par un plus strict encadrement des agences gouvernementales d’information, ce qui, toujours selon Yves Eudes, est mis en avant par des politiques aussi bien en Europe - les Allemands étant le fer de lance de cette mouvance tant le souvenir de la STASI (Sécurité d’État de la République Démocratique Allemande) est vif - qu’aux États-Unis, qui fut longtemps le symbole de la liberté… sur écoute à présent.

 

Mathieu Demaure et Damien Gouteux

 

Ce que dit la loi

Sur les écoutes, la loi est pourtant claire. Elles ne peuvent se faire que dans deux cadres, très réglementés. L’un est celui des écoutes administratives dans un cas de sécurité nationale, comme par exemple dans des affaires de terrorisme ou de grand banditisme. Seuls le Premier ministre, et les ministres de la défense, de l’intérieur ou des douanes peuvent le décider, pour une durée de 4 mois renouvelables. Les écoutes en elles-mêmes sont toujours détruites au maximum 10 jours après leur captation, après avoir été au préalable transcrites, c’est-à-dire reproduites sous une forme écrite. Seuls les éléments en rapport avec les affaires d’intérêt public sont transcrits. L’autre forme légale d’écoute, sont les écoutes judiciaires. Mise en branle par un juge dans le cadre d’une enquête, elle n’est possible que si la peine prévue pour le crime ou le délit concerné est égale ou supérieure à deux années de prison. Là aussi, la durée est de 4 mois renouvelables avec transcription seulement des éléments utiles à l’instruction. Un procès verbal est rédigé pour chaque enregistrement, en mentionnant les heures de début et de fin de l’enregistrement. Dans le cas particulier de la mise sur écoute d’un avocat, celle-ci ne peut avoir lieu sans que le bâtonnier en soit informé par le juge d'instruction.

decryptage

industrie

Enquête à livre ouvert

Enquête à livre ouvert

Frustrés par la cadence et le manque d'espace dans leurs journaux, un nombre croissant de journalistes ont choisi le livre pour publier leurs investigations. Certaines tomberont dans l'oubli, d'autres feront les gros titres. Trois enquêteurs-écrivains et une éditrice nous révèlent leurs secrets de fabrication.

Lire la suite...

Journalisme d'investigation: et après?

Journalisme d'investigation: et après?

Mediator, sang contaminé, écoutes de la NSA : quand ces affaires sont publiées, le scandale éclate... et après? Quelques semaines, quelques mois, quelques années plus tard, que reste-t-il de ces enquêtes? Le Mediator : un exemple de l'effet de la pression journalistique

Lire la suite...

L'avocat au secours du journaliste

Etre journaliste d'investigation, c'est souvent jouer avec le risque du procès. Et pour éviter la condamnation, avant de publier une enquête, l'aide d'un avocat peut s'avérer utile.

Lire la suite...

L'enquête, un défi pour la presse locale

L'enquête, un défi pour la presse locale

Quels sont les moyens alloués aux journalistes de la presse locale pour enquêter ? La Fabrique de l'info est partie à la rencontre des rédacteurs qui tentent d'apporter une plus-value à leur Quotidien.

Lire la suite...

L'investigation à la marseillaise

L'investigation à la marseillaise

A Marseille, les journalistes qui souhaitent faire de l'investigation rencontrent de nombreux obstacles. Qu’ils soient indépendants ou qu’ils rédigent pour un quotidien régional, ils font face aux mêmes difficultés et tentent de franchir les barrières dressées sur leur route dans un même but : dévoiler le côté obscur de la ville.  

Lire la suite...

Petit écran : coup de projecteur sur l'investigation

Le 15 septembre 2014, l’émission d’investigation En quête d’actualité, diffusée sur D8, a été épinglée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour son reportage intitulé " J’ai infiltré une section du Front National", tourné en caméra cachée pendant la campagne municipale d’Hugues Sion à Lens (Pas-de-Calais). La polémique a relancé le débat autour de la légitimité des procédés d’investigation à la télévision, et interroge également la crédibilité des journalistes ainsi que la mise en scène de ces enquêtes.

Lire la suite...

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Polynésie française: journalistes sous contrôle

Derrière les images de cartes postales, la Polynésie française cache les difficultés des journalistes à exercer leur profession. Sur ces îles du Pacifique faisant partie intégrante de la République française, la presse n'est pas aussi libre qu'on pourrait le penser. Promiscuité, pressions ou connivence, enquête sur les conditions d'exercice du journalisme d'investigation à 18 000 km de la métropole.

Lire la suite...

Quand les journalistes enquêtent sur le journalisme

"J’ai un excellent souvenir de cette enquête: L’Équipe, j’y allais tous les jours, j’étais comme à la maison". Le journaliste David Garcia a pris deux ans pour enquêter sur L’Équipe, quotidien sportif de référence. Une investigation impossible? "Ça n’a pas été l’enquête la plus difficile de ma carrière, mais la plus prenante". Un milieu fermé? "Tous les journalistes ont été bavards". Des méthodes différentes? "Ce sont exactement les mêmes méthodes, les mêmes techniques. Sauf que les journalistes m’ont ouvert leur rédaction".

Lire la suite...

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Sport: l'investigation à la limite du hors-jeu?

Corruption, dopage, paris truqués… Le milieu du sport ne manque pas de zones d’ombres. Autant de sujets potentiels sur lesquels travailler pour des journalistes d’investigation. Pourtant, la place réservée à ces enquêtes est réduite à portion congrue. La presse spécialisée, proche des acteurs, ne semble pas vouloir s’en emparer. Pour les médias généralistes, enquêter sur les affaires du sport n’est pas non plus une évidence…

Lire la suite...

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Webjournalisme: ma source s'appelle 72.678.456.393

Trois milliards d'internautes dans le monde. Autant de collaborateurs potentiels pour les journalistes d'investigation. Par Twitter, Facebook, Skype ou Wikileaks, le Net est devenu incontournable pour mener une enquête. Mais avec des sources anonymes et virtuelles, le journaliste doit repenser ses méthodes. Concert de Muse à Paris - Photo: James Cridland - Licence Creative Commons

Lire la suite...

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

“Etre journaliste d’investigation, c’est accepter que ta vie soit sur écoute, violée”

Ils ont six cartes SIM, annulent leurs vacances la veille du départ pour obtenir une information, retrouvent leurs poubelles fouillées, leurs pneus crevés. En s’attaquant entre autres aux narcotrafiquants et aux secrets d’Etat, les journalistes d’investigation deviennent des cibles. Leur entourage aussi.  

Lire la suite...

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Face aux lobbies: comment les journalistes déjouent «la fabrication du doute»

Bisphénol A : rarement un polluant n’a été si présent dans notre environnement. Les industriels en raffolent… mais sa toxicité semble avérée et ses fabricants n’ont pas l’intention de le laisser interdire. Des journalistes et des écrivains ont enquêté sur ce produit qui disent-ils "nous intoxique". Décryptage.

Lire la suite...

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Journalistes et ONG au cœur de l'enquête

Le journalisme d'investigation sur les multinationales est confronté à de nombreux défis à l'heure d'une économie mondialisée dans lequel les flux financiers circulent aux quatre coins de la planète. Le conflit qui oppose les habitants de Santa-Cruz de Barillas dans le nord du Guatemala à une entreprise espagnole d'hydro-électricité est emblématique de ces nouvelles évolutions.

Lire la suite...

Nestlé : le géant qui murmure

Nestlé : le géant qui murmure

"Un Empire en Afrique", "Un Empire dans mon assiette", "Nestlé, le business de l’eau en bouteille" ou "Les Alimenteurs" sont autant de documentaires télévisés qui fouillent les intentions du premier groupe agroalimentaire au monde Nestlé. Comment ces journalistes enquêtent-ils sur les multinationales de l’agroalimentaire? Nestlé répond-il aux demandes des journalistes?

Lire la suite...

Comment enquêter sur l'État islamique?

Comment enquêter sur l'État islamique?

Pénétrer au cœur de l’État islamique représente pour tout journaliste un défi qui frôle l’impossible. Mais Medyan Dairieh, journaliste palestinien, y est parvenu. Pendant dix jours, il a filmé pour Vice News les combattants du groupe djhadiste à Rakka, en pleine Syrie, le pays le plus meurtrier pour les reporters. Forts de leur expérience sur le terrain, David Thomson et Hala Kodmani pointent les qualités et les insuffisances de ce reportage unique.

Lire la suite...

Écoute-moi si tu peux

Écoute-moi si tu peux

“L'espionnage gratuit, à portée de tous” selon Yann Saint-Sernin, voilà ce qui nous tend les bras. Le journaliste de Sud-Ouest a réussi très facilement à mettre sur écoute Yves Harté, le directeur de l'information du journal, avec son consentement. Les écoutes ne sont donc plus l’apanage de la NSA, de la CIA ou du MI-6, mais disponibles pour tous, journalistes y compris. Tous écoutés et tous écoutants, alors ? Et les journalistes souffrent-ils, voire même, utilisent-ils ces nouvelles méthodes

Lire la suite...

El Mundo: chien de garde muselé?

El Mundo: chien de garde muselé?

  El Mundo, deuxième quotidien généraliste le plus lu, se présente comme le fier tenant du journalisme d’investigation en Espagne. Le titre a révélé des affaires qui ont étrillé les sphères du pouvoir et des finances. Aujourd’hui, le journal est dans l’œil du cyclone de la crise financière, et sa crédibilité est de plus en plus remise en cause.

Lire la suite...

Enquêtes sans frontières: la France à l’écart

Avril 2013, une étrange organisation fait la une des médias. Au détour des révélations du Monde sur la participation de Jean-Jacques Augier, l’ancien trésorier de campagne de François Hollande, dans des sociétés offshores, les journalistes français semblent découvrir l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).

Lire la suite...

Filières jihadistes: comment enquêter?

Filières jihadistes: comment enquêter?

Mercredi 16 octobre 2014, un Marocain résidant en France est arrêté à l’aéroport de Casablanca alors qu’il tentait de rejoindre Daesh par la Turquie avec ses deux petites filles.

Lire la suite...

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Journalisme et services secrets, les liaisons dangereuses

Le journalisme d'investigation s'évertue a révéler l'information cachée, secrète. Sur son chemin, il croise parfois la route des services secrets. Quels rapports entretiennent deux professions qui – finalement – travaillent la même matière : l'information ? Rencontre avec les journalistes qui évoluent en terrain miné.

Lire la suite...

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

L'Éléphant Déchaîné: tentatives d'investigations en Côte d'Ivoire

Devanture d'un vendeur de journaux. Devant la "titrologie", les Ivoiriens aiment se réunir pour commenter l'actualité.   "C'est extrêmement dangereux, nous sommes pratiquement au quotidien menacés de mort, menacés d'enlèvement. On reçoit des mails, souvent très précis, sur notre vie, sur nos enfants. Donc, le contexte n'est pas très favorable à ce genre de journalisme."

Lire la suite...

Les 11 commandements de l'État islamique aux journalistes

Le 7 octobre, Syria Deeply, un pureplayer spécialisé dans le conflit syrien, publiait une liste de onze règles édictées par l’État islamique à l’attention des journalistes de la région de Deir-al-Zour. Ignacio Cembrero, du quotidien espagnol El Mundo, spécialiste du djihadisme, décrypte pour La fabrique de l’info ces “Onze commandements” :

Lire la suite...

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Patrick Denaud : le journaliste devenu agent secret

Journaliste et agent secret, un dangereux mélange des genres. Patrick Denaud, caméraman aguerri, plonge dans l'univers des services secrets au début des années 90. Il y collabore jusqu'en 2002 sous couverture de journaliste. Une histoire hors norme.

Lire la suite...

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Sénégal: quand le fils du président met à l'épreuve le journalisme d'investigation

Karim Wade, le fils de l'ancien président du Sénégal est soupçonné d'enrichissement illicite. Il comparait à l'automne 2014 devant la justice. Entre le début de l'affaire et la tenue du procès, la presse d'investigation sénégalaise fut au centre d'une série de révélations sur le sujet.Travail d'enquête, sources, pressions et autocensure. État des lieux du journalisme d'investigation au Sénégal par le prisme de l'affaire Wade.

Lire la suite...